La Géobiologie

La géobiologie, selon la définition de Wikipédia, est « la discipline qui « prétend » traiter des relations de l’environnement, des constructions et du mode de vie avec le vivant, de l’ensemble des influences de l’environnement sur le vivant, et notamment des ondes liées aux champs magnétiqueset électriques, courants d’eau souterrains, réseaux dit « géobiologiques », failles géologiques, etc. Étymologiquement, il s’agit d’une association de la racine géo (la terre) et biologie(l’étude de tout ce qui est vivant). »

Il n’a pas encore été prouvé scientifiquement tout ce que la géobiologie a pu démontrer dans ses observations. Néanmoins, de nombreuses et troublantes similitudes depuis des millénaires (et oui, les sourciers existent depuis la nuit des temps) entre l’homme et son environnement, correspondent à des résultats d’analyses géobiologiques sur le terrain. C’est grâce à ces personnes douées de leurs ressentis et armés de leur seul « nez », que les déserts ont été peuplés et que la technique demeure. Mais ce n’est pas vraiment le « nez », plutôt un ressenti particulier qui agit tel une antenne de l’être vivant que nous sommes et qui réagit à son environnement. Je m’explique:

Beaucoup de chercheurs ont essayé de comprendre comment l’homme pouvait être sensible aux phénomènes magnétiques de la terre et de ses souterrains. Aussi, un bon sourcier est à même de faire la différence entre la perturbation magnétique émise par une faille, un cours d’eau ou d’autres phénomènes. D’autre part, l’utilisation d’outils comme le pendule ou les baguettes de sourcier, l’antenne de Lecher, doivent, selon ce principe, être considérés comme des amplificateurs pour le chercheur, permettant de mieux percevoir la micro-variation sensible (grâce aux cristaux de magnétite présente à divers endroits du corps) vis à vis de telles perturbations. (Une info de couloirs cite que les femmes obtiendraient des résultats deux fois meilleurs que les hommes :p)

De nos jours, dans certains lieux, nous pouvons ressentir des inconforts, des malaises ou se sentir vulnérables sans pouvoir expliquer pourquoi. Parfois, aussi, dans nos propres maisons, sans avoir pris connaissance de l’état énergétique des lieux au préalable par un professionnel, nous pouvons nous sentir mal, tombant malade régulièrement, vivre des disharmonies intérieures ou des conflits perpétuels avec nos proches. Car dans l’étude énergétique d’un lieu, outre la recherche tellurique du sol, certaines mémoires des lieux peuvent subsister et sont prises en compte dans les réajustements énergétiques proposés par le sourcier. En effet, avant de construire le bâtiment dans lequel nous vivons, il s’est passé beaucoup de temps et d’événements sur ces lieux… des expériences positives ou négatives.. Et la terre prend l’empreinte de tout cela, ce sont des mémoires. Nous parlons également des mémoires des murs… Par exemple, une maison où des habitants précédents précédents ont vécu des divorces, il se peut que les lieux influencent les futurs habitants de cette empreinte et qu’à la longue, sans intervention précise, les expériences se répètent malheureusement. C’est pour cela qu’il est important de savoir pourquoi un lieu a été mis en vente, sur quelles bases les anciens occupants ont pris la décision, ou à moins de connaître le déroulement de leur vie en s’informant discrètement de leur passé (lors d’un transfert familial, c’est beaucoup plus facile). Pour ceux qui construisent leur propre maison, la nature du terrain peut leur révéler les points énergétiques positifs et négatifs révélateurs. Ils peuvent dès lors avoir le contrôle sur les possibilités de réajustements du lieu et, par exemple, modifier l’orientation et les plans en fonction (Le Feng Shui arrive à l’étape suivante). Si l’on doit résumer la géobiologie, il s’agit d’une « purification » après identification des types de discordances et leurs effets sur les habitants. Pour cela, comme les sourciers, le pendule, les baguettes, l’antenne de Lecher etc.. sont les outils les plus utlisés et les plus performants, après la sensibilité du chercheur. Les types de distorsions sont multiples au point d’affecter de manière importante parfois la santé si elles se cumulent toutes. Aujourd’hui, nous construisons n’importe où, pourvu que le rapport visuel et financier soit acceptable. Encore une fois, dans nos contrées, les mentalités font fi de ce genre d’information, sans savoir à quoi ils s’exposent dans leur vie future.

TOUS les êtres vivants sans exceptions sont concernés par ce système énergétique terrestre; les plantes, les animaux, les hommes, les insectes etc..  Par exemple, les animaux tels les oiseaux mirateurs, les baleines,.. présentent à certains endroits des amas tissulaires de magnétite en concentration forte au point de les mener tels des GPS à leurs destinations souvent très éloignées de leur point de départ. Car ils utilisent des « courants », suivent certains « réseaux ». La nature va également tirer parti de quel quadrillages, en octroyant à certaines plantes la capacité de pousser sur des endroits précis, répondant à la qualité vibratoire de la terre dont elle dépend pour s’y nourrir et grandir. Par exemple, des arbres auront leur tronc tortueusement noués et déviant de leur trajectoire ascensionnelle afin d’éviter la montée énergétique d’un croisement tellurique négatif présent au niveau de leurs racines. La nature trouve donc des parades pour peupler au possible de sa bio-diversité. Voici une explication concentrée basique des réseaux :

Quand on parle des réseaux Hartmann, Curry, … en fait on parle quelque part de « réseaux électromagnétiques » de la terre, aussi appelés résaux « cosmo-telluriques » . Ils portent le nom des personnes qui les ont mis en évidence, messieurs Hartmann pour l’un et Curry pour l’autre, tous deux docteurs par ailleurs. La terre émet des champs électromagnétiques résultant des mouvements de ses noyaux internes et externes qui ne tournent pas à la même vitesse.
Tous ces rayonnements quadrillent la terre jusqu’en haute altitude et forment une multitude de réseaux selon un maillage spécifique. Ce sont bien des rayonnements, et non des courants. La maille est une de leurs caractéristiques, ainsi que l’orientation par rapport aux points cardinaux de la terre, et leur inclinaison lorsqu’ils s’élèvent dans l’atmosphère.
Ils peuvent être détectés avec les outils classiques du géobiologue tels que l’antenne de Lecher, la baguette du sourcier, voire un pendule…
Des appareils assez coûteux tels qu’un géomagnétomètre permettent de les détecter, mais sans vraiment pouvoir les différencier facilement entre eux.

Parmi ces réseaux il y en a 2 types intéressants: le global et le diagonal.

-Type global : ils sont orientés selon les points cardinaux, Nord-Sud et Est-Ouest nommés grand réseau global ou réseau sacré et réseau Hartmann ou petit réseau global

-Type diagonal : ils sont orientés à 45 degrés, Nord/Ouest-Sud/Est et Nord/Est-Sud/Ouest nommés grand réseau diagonal et réseau Curry

Voilà une petite idée du sujet bien plus vaste qu’il n’y parait à la base. Mais revenons à nous;

Lorsque nous nous trouvons sur le croisement de ces réseaux, comme l’énergie sur ce point donne deux informations énergétiques réagissant chacunes sur les corps, il y a conflit d’influence. Nos corps s’en trouvent affectés et s’épuisent de leur énergie sur ces endroits. Par, exemple, dormir sur un de ces points ne vous énergise certainement pas, que du contraire! Sachant que les petits réseaux forment des carrés de plus ou moins deux mètres, nous avons donc certaines difficultés quant à l’orientation de notre lit, si l’on ajoute aussi le critère de « dormir la tête au nord ». Info pertinente également, tous les champs électromagnétiques résultant de l’utilisation des portables, internet, prises électriques et autres, affectent ces surfaces carrées du dit réseau en les distordant, de sorte que les données de base du réseau sont fortement modifiés. Cela rend la tâche plus compliquée.

Voici une illustration schématique en exemple sans le critère de parasitage d’orde électrique ou autre:

Donc, nous voilà devant une évidence dont nous ne sommes pas maîtres, et qui plus est, nous oblige à nous en remettre à un professionnel dans la majorité des cas. Toutefois, suivant notre simple intuition, nous avons la capacité de nous « ranger » vers de sages décisions pour notre corps dans la manière de mettre en place nos meubles et autres, affectant positivement notre vie. Dans les lieux publiques, il est de notorité de savoir que seuls les édifices religieux ont été bâtis dans cet esprit de reliance à la terre, ce qui explique de nombreuses guérisons appelées parfois miracles qui se manifestent à ces lieux précis. OUi, la terre présente des centres d’énergie particuliers qu’ont utilisés les anciennes civilisations. On appelle ces lieux, les lieux sacrés, dont l’image en haut de page, qui représente le Machu Pichu, célèbre pour sa hauteur et sa qualité vibratoire exceptionnelle. Les sites de dolmens, pour ceux qui subsitent encore, font partie de la même catégorie. Et ce qu’ils ont tous en communs: les hommes les ont choisis étudié pour les sublimer et leur permettre de s’élever sur certains plans, spirituels, matériels, ou énergétiques.

Si l’on croit au système énergétique des chakras, il semblerait que la terre elle-même présenterait elle aussi des chakras desquels une émission d’énergie particulière propre à ces endroits apporte des aptitudes à tout être vivant à leurs contact physique. Par exemple, le Mont Saint Michel, la tour « Tor » de Glaston Bury, Le Machu pichu, la pyramide de Giseh.. Dont voici la cartographie:

La géobiologie reste un domaine à explorer davantage car tous ses secrets ne nous sont pas encore délivrés. Nous ne connaissons pas vraiment l’évolution humaine à travers ces données. Nous en sommes au début de la recherche, devant réunir les seules informations venant des peuplades restantes en connexion avec la nature et des historiens et biologistes ouverts à la perspective d’une autre vérité que seule l’observation des événements du passé.

Quelles sont les discordances à régler sur un lieu?

Il y en a aujourd’hui quand même un nombre, les voici:

Les failles, les cours d’eau souterrains, galeries, poches de gaz, la qualité des matériaux, de l’air, les cheminées cosmotelluriques, la résonnance de Schumann..mais aussi les mémoires des lieux, mémoires historiques, les informations des perturbations extérieures etc etc…Depuisque j’ai entrepris l’étude de la géobiologie, la liste s’est allongée avec les expériences personnelles vécues sur des lieux différents. Cela a certainement permis aujourd’hui la mise en place d’une qualité énergétique souhaitée par le demandeur. Mais toute expérience dans ce domaine m’a personnellement éveillée à un champ plus vaste, rendant humble cette quête de bien-être vital faisant partie de notre droit de naissance ici sur terre.

LES FREQUENCES dans « HEALTHY by Together » Magazine

Bio-Info « Les corps subtils » avril 2018

Bio-Info « La numérométhodologie » mars 2018

Bio-Info « les Fréquences » décembre 2017

Bio-Info « Bio-Alignement » septembre 2017

Réalisation Ouaklani Anissa  2017-2018